Archives - L'ABCédaire de la MMM : Les Belles de Mai (Rémy Kertenian)

29/12/2020


La Maison Mode Méditerranée présente son abécédaire. Une rubrique inédite qui partage des récits de la mode propres à Maryline Bellieud Vigouroux, fondatrice de la Maison Mode Méditerranée, ainsi que des anecdotes sur les grands moments de l’industrie qui ont contribué à créer l’Histoire de la mode, à travers la diversité des lieux où elle s’écrit.

Cette fois-ci notre fondatrice nous présente l’ouvrage les  "Belles de Mai."  qui accompagnait l’exposition du même nom érigée avec la participation de Rémy Kertenian et en association avec la MMM et Musée de Marseille.

Suivre et conseiller la trajectoire d’un jeune étudiant alors âgé de 20 ans, c’est encourager une passion mais aussi construire une filiation avec la Maison Mode Méditerranée (MMM). 

Rémy Kertenian, actuellement Directeur des Affaires Culturelles de la ville de Toulon, reconnu en tant qu’expert historien d’un art de vivre en Provence. Dans le livre « les Belles de Mai » qui accompagnait une fantastique exposition en 2002, Rémy Kertenian, retrace deux siècles d'une épopée vestimentaire codifiée, où la vêture installe une relation d’égal à égal entre Paris et Marseille.

Un savoir paraître et un savoir porter qui mélangent les genres et les classes sociales et montre l’importance de Marseille.

J’en relate ici une partie tellement inspirante : La mode avait ses adresses, rue de Rome, rue St Ferréol, sur la Canebière… Le port de Marseille était le rendez-vous du monde entier : un marché des étoffes à ciel ouvert!

Grâce à une main d’œuvre venue d’Italie, d’Arménie et d’Afrique, une industrie prospère s’installe et emploie plus de 18 300 personnes (couturiers, tailleurs, modistes  travaillant à l’usine ou à domicile).
À cela s’ajoute l’arrivée, dès 1870, des grands magasins (La Belle Ferronnière, Le Bonheur des Dames, la Belle Jardinière).

Cet ouvrage, qui traite aussi de la couleur de ses origines jusqu’à l’apparition des colorants de synthèse - sans oublier le rituel beauté, est toujours pour moi un délice de lecture !

- Maryline Bellieud-Vigouroux

Photo Crédit :

1, 2, 5, 6 : Photo Claude Almodovar

3, 4 : Photo J.-P. Linuésa