M Major, La trajectoire mode de Mélina Carbonaro

22/07/2016


© Charlotte Lapalus

La Méditerranée, l’Italie, les films des années 60-70 rythment l’inspiration des lignes de Mademoiselle Socialite crée en 2014 par Mélina Carbonaro. Ses collections jouent sur les codes français du glamour « effortless » et empruntent une trajectoire mode placée sous le signe de la Dolce Vita. 

Mode et Méditerranée : Comment définiriez-vous votre empreinte méditerranéenne ?

Je me sens pleinement méditerranéenne et cela se traduit dans mes collections. D’origine italienne et vivant depuis toujours dans le Sud, j’ai une image de la femme et des vêtements qu’elle porte très solaire. Une femme sensuelle, à l’aise avec son corps. Mes collections célèbrent cela, des robes, de la soie et beaucoup de dentelle. Je fais des vêtements emprunts de féminité, des pièces que l’on porte du matin au soir, du chic mais effortless comme les combinaisons, autre modèle que je décline à chaque saison. 

Que vous apporte le M Major?

Le M Major m’a permis de faire des rencontres extraordinaires de professionnels avec des parcours très éclectiques et qui ont une vision globale de la mode. C’est une aide précieuse pour une marque émergente comme la mienne. Il y a une personnalisation des conseils apportés à chacune des marques. Nous n’avons pas les mêmes objectifs ou les mêmes contraintes et en ce sens c’est une vraie réussite. Le M Major permet également une visibilité plus importante de notre travail et un essor de notre développement. 

Quelle est votre pièce phare ?

Je dirais la combinaison. Suivant la saison, elle devient une combi-pantalon ou une combi-short. Pour la collection Automne-Hiver 2016-17 dite « Jolie Dame » , elle devient salopette en crêpe..

Le digital a-t-il changé votre rapport à la mode ?

Oui, clairement. Avant de lancer la marque Mademoiselle Socialite, j’utilisais déjà internet pour mes achats mode sur des sites multimarques et mes lectures sur des sites spécialisés concernant la mode. Enfin Facebook et Instagram restent des moyens de communication incroyables pour une marque. Cela a changé la donne. D’ailleurs toutes les marques ont un site internet / un eshop. Je crois que l’on ne peut plus faire sans. Et cela permet de toucher une clientèle différente, une clientèle internationale aussi. 

© Charlotte Lapalus

Associés à cet article