Hommage

20/11/2017


Azzedine Alaïa

En 1987, Maryline Bellieud-Vigouroux, alors épouse du Maire de Marseille, invite Azzedine Alaïa pour lui faire découvrir la ville avec l’idée de le séduire pour qu’il l’accompagne dans son rêve de créer le Musée de la Mode de Marseille. Son rêve se réalise et ensemble ils donnent vie a un Musée dédié à la Mode contemporaine. Premier Président d’honneur de la MMMM, Azzedine Alaïa était attentif à la jeune génération et fidèle à ses racines méditerranéennes. 

"Dans le cénacle fermé de la Couture, il y a de belles rencontres et histoires que l’on aime garder pour soi, pour en préserver la rareté. Azzedine Alaia en fait partie. Au-delà de son immense talent et d'une passion pour la mode, depuis des décennies, il glorifie la femme en signant un vestiaire universel. De nombreuses personnalités ont divinement écrit sur cet homme et tout semblerait avoir été dit sur Azzedine Alaïa, citoyen du monde, méditerranéen de Tunis et parisien par sa culture et par son esprit. Je me souviens de sa venue à Marseille en 1987… Après Paris, Marseille se devait d'avoir un Musée contemporain de la Mode. Je pensais que la Culture serait un booster pour faire rayonner la cité phocéenne et rendre plus visible nos entreprises de mode. Un défi qui consistait à décentraliser la mode par la création d'un Musée contemporain par ses collections et dans son approche muséale. Un rêve rendu possible par la générosité d’Azzedine Alaïa qui le dote immédiatement de son premier patrimoine vestimentaire. Il choisit dans ses collections 100 ensembles dont la divine robe sculpture portée par Grace Jones. Ses chefs d'œuvres voyagent de Paris dans un semi-remorque, qui reste coincé dans les rues étroites du Panier et les malles cartons sont transportées au Musée de la Vieille Charité telle une procession. J'ai beaucoup appris aux côtés d'Azzedine en le regardant travailler. Il y a la curiosité, l’enthousiasme et la patience des archéologues, la connaissance d'un historien, l’agilité et technicité d'un chirurgien. Pendant des années il a sélectionné les plus belles pièces aujourd’hui conservées dans nos réserves... C'est encore à Marseille qu’Azzedine Alaïa rencontre un jeune homme tout juste diplômé de l’université, Olivier Saillard. Bernard Blistene, alors directeur des musées de Marseille et moi-même le choisissons pour ce qu'il dégage d'étonnement nouveau. Tout est séduisant chez lui de son apparence au verbe qu'il nous offre précis, ciselé, nous lui confions la programmation du Musée de la Mode. Le temps glorifie ceux qui vivent pleinement leur passion." 
Maryline Bellieud-Vigouroux, 2013

Azzedine Alaïa

Associés à cet article