Autour du M de Kaporal

12/05/2017


Laurence Paganini, directeur général de Kaporal et membre du board de la MMMM, insuffle une vision mode alliant éthique et business pour faire de Marseille le nouveau modèle 3.0 ! Découvrez son interview autour du M.

M comme Marseille ou Méditerranée
Les deux mon capitaine ! Je suis née et ai grandi à Nice au bord de la Méditerranée et Marseille m’a adopté il y a 3 ans. La Méditerranée, c’est ma Maison Bleue, un lieu d’enchantement intarissable, une lumière apaisante, énergisante et Marseille représente à mes yeux l’Intense, entière et contrastée, à la fois vibrante, rebelle, audacieuse mais aussi paresseuse, joyeuse et savoureuse.

M comme Mode
La Mode, celle qui est engagée, créative, évolutive. Je suis très attachée au sens de la mode, son implication culturelle, son sens écologique, technologique, politique, citoyen. Ce sont des valeurs que je m’efforce d’insuffler dans les collections et les actions de communication internes ou externes que nous entreprenons pour la marque Kaporal. Par ailleurs, je pense qu’il existe aussi un made in Marseille, que nous devons tous, en qualité d’acteurs mode de la région, développer, amplifier. La mode à Marseille a toujours été à la confluence de multiples tendances et techniques venues de la méditerranée. Elle abrite notamment un savoir-faire historique dans la confection du jean que nous souhaitons faire renaître.

M comme MMMM
Une maison bienveillante. J’insiste sur l’adjectif parce qu’il revêt à la fois le rôle de veille attentive, de détection de jeunes talents et celui d’incubateur pour former et faire grandir ces talents en son sein et à l’extérieur. Une mission indispensable aujourd’hui pour faire de Marseille une plateforme incontournable de la mode en France après Paris. Elle en a toute légitimité. Une belle rencontre aussi avec Maryline Bellieud-Vigouroux et Mathieu Gamet, les porte-voix de la MMMM, auprès de qui je siège dans le conseil d’administration.

M comme Meeting
Marseille ville ouverte, riche de multiples cultures et de nombreuses personnalités qui veulent faire bouger les lignes. Depuis 3 ans, j’y ai rencontré un réseau associatif dynamique avec lequel nous avons tissé, pour Kaporal, des liens forts sur de nombreux projets RSE ; je citerais l’école de la deuxième chance, l’ouvre-boîte, one piece of rubbish…. Ce sont aussi les nouveaux acteurs de la vie économique locale qui ont motivé mon engagement auprès des Chambres de Commerce et d’Industrie de Marseille Provence et Région depuis novembre dernier. Pour faire faire rentrer la cité phocéenne dans une ère 3.0 !

Associés à cet article